Accéder au menu


Agricole : le cheval fait l’objet d’un contrat de dépôt salarié verbal à durée indéterminée

Agricole : le cheval fait l’objet d’un contrat de dépôt salarié verbal à durée indéterminée

Le déposant ne peut rompre le contrat qu’en respectant un délai de préavis raisonnable, c’est ce principe général qu’est venu ici rappeler la Cour de Cassation.

Dans ce dossier le propriétaire d’un cheval avait confié celui-ci à une société en vertu d’un contrat de dépôt salarié et verbal, ce sans limitation de durée. Plus tard il avait brutalement rompu cette relation contractuelle et repris son équidé sans préavis.

A tort selon le Juge pour qui si le déposant « avait le droit de rompre unilatéralement le contrat verbal à durée indéterminée, c’était à condition qu’il respectât un délai de préavis raisonnable, sauf à justifier d’un motif de rupture sans préavis ».

Source : Cassation civile du 11 mars 2014 n° 12-29.876.

JE PARTAGE :

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des contribuables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué par le biais de notre formulaire de contact. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.