Accéder au menu


Caution : conditions de validité

Caution : conditions de validité

La jurisprudence en la matière est abondante. Ici une caution de mauvaise foi, à priori, tente d’échapper à ses engagements en prenant prétexte d’une mention légale erronée.

Au cas d‘espèce, dans la mention manuscrite traditionnelle les termes « banque » et « créances » avaient été substitués à celui de « prêteur » utilisé par le Législateur.

Le Juge a fait preuve de bon sens, soulignant à juste titre que cette substitution n’a affecté ni le sens ni la portée des mentions manuscrites.

Source : cassation sociale, 10 avril 2013 n° 12.18.549.

JE PARTAGE :

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des contribuables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué par le biais de notre formulaire de contact. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.