Accéder au menu


Le cessionnaire peut subir la prise d’acte de la rupture du contrat pour des faits reprochés au cédant

Le cessionnaire peut subir la prise d’acte de la rupture du contrat pour des faits reprochés au cédant

Un arrêt du 20 février 2013 a admis qu’un salarié, dont le contrat de travail avait été transféré en raison d’une cession, pouvait prendre acte de la rupture de son contrat pour des manquements imputables à son ancien employeur, en l’occurrence des arriérés de salaires liées à des heures de travail non rémunérées...

Le salarié qui, au jour du transfert de son contrat, est créancier d’un arriéré de salaire peut, pour cette raison, prendre acte de la rupture de son contrat auprès du cessionnaire, celle-ci produisant alors les effets d’un licenciement sans cause réelle et sérieuse. Le cessionnaire est tenu, en application des dispositions de l’article L1224.2 du Code du Travail, de prendre à sa charge les sommes acquittées par le nouvel employeur, sommes dues à la date de modification dans la situation juridique.

JE PARTAGE :

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des contribuables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué par le biais de notre formulaire de contact. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.