Accéder au menu


CHR : qualification juridique de la fermeture d’un débit de boisson

CHR : qualification juridique de la fermeture d’un débit de boisson

Fr iun 09 340 Panonceau „d’époque“ à Trouville-sur-Mer (Calvados, Basse-Normandie, France)
Source : Conseil d’Etat, avis du 6 février 2013, n° 363 532.

Selon le Conseil d’Etat lorsqu’un Préfet prononce la fermeture d’un débit de boisson sur le fondement de l’article L 3332.15 du Code de la Santé Publique, il s’agit de mesures de police destinées à prévenir la continuation ou le retour désordres liés au fractionnement de l’établissement. Il ne s’agit donc pas d’une sanction présentant le caractère d’une punition.

La responsabilité de l’exploitant  est donc indépendante du prononcé de ce type de mesures, ce qui ne signifie pas qu’elle ne sera pas engagée par ailleurs.

Au delà de la qualification juridique de la mesure, il y a cependant sanction au plan économique car qui dit fermeture dit perte de chiffres d’affaires, de marge, …

La bonne tenue du CHR est donc primordiale.

JE PARTAGE :

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des contribuables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué par le biais de notre formulaire de contact. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.